Formations cliniques du Champ lacanien

Collèges de Clinique Psychanalytique

« La perversion polymorphe, son devenir de l'enfant à l'adulte »

par Bernard Lapinalie

Parler cette année de « la perversion polymorphe — son devenir de l'enfant à l'adulte » est déjà une façon de reprendre et même de répondre à notre thème de l'année passée qui interrogeait « ce qui fait lien». Est ajouté cette année l'accent mis sur le corps par la notion de perversion, si on veut bien ne pas oublier que la perversion pour Freud, et donc pour la psychanalyse, concerne la sexualité et son lien à l'Inconscient.

Cette perversion de l'enfant, Freud l'a dite polymorphe dès 1905, parce que les investissements et les satisfactions inconscientes qu'il trouvait chez l'adulte le ramenaient invariablement au champ des pulsions partielles du petit enfant ; en notant que cette jouissance pulsionnelle Freud l'a toujours pensée auto-érotique, contrairement à Lacan. La question ouverte était alors de ce qui pousse vers la sexualité de l'adulte, vers la quête d'une jouissance qui ne soit plus seulement auto-érotique, et qui puisse passer par un autre corps. Freud a fait beaucoup d'efforts pour soutenir une réponse selon sa norme œdipienne, qui vaudrait pour tous, avec une unification des pulsions vers un partenaire amoureux et génital.

Sur ces questions la réponse de Lacan à Freud sera cruciale à étudier. Car, à suivre Freud, il ne s'en démarque pas moins sur ce point crucial des pulsions : selon Lacan les pulsions ne sont pas auto mais au contraire hétéro-érotiques, parce que déterminées par l'Autre du langage, par l'Autre réel de la parole et des soins.

Les conséquences seront déterminantes puisque Lacan avance ainsi une théorie des pulsions qui oblige un autre corps, contrairement à Freud. Dés lors seulement, nous pouvons entendre la compatibilité du transfert analytique avec la vie pulsionnelle inconsciente, et donc la possibilité d'une psychanalyse. Conclusion : pas d'analyse sans la présence de l'analyste « in corpore ».

Lacan conclura que l'adulte est également un pervers polymorphe, y compris dans la sexualité dite normale. Donc toutes perverses nos jouissances, excepté bien sûr celle qu'il dit Autre, celle qui fait le côté femme. De là il peut dire qu'il « il n'y a pas de rapport sexuel » et en imputer le dire à Freud. Notre collègue Colette Soler a pu émettre la thèse qu'avec cette affirmation Lacan a entamé une théorie de la relation sexuelle effective. N'est-ce pas en effet le champ où le déterminisme de l'Autre se montre particulièrement achopper ? Et pourtant là qu'un sujet peut se trouver le plus contraint dans sa jouissance, et ce jusque dans son lien social aux autres ? Mais là aussi que peut justement être interrogé le peu de liberté qui est la sienne, et sur laquelle peut opérer une psychanalyse ?

Quant à la « perversion » comme structure, nous devrons tenir compte qu'elle ne peut plus désigner un sujet qui aurait simplement des conduites jugées perverses puisque toutes les jouissances le sont, pour tous, et sans doute quelle que soit la structure.

Références bibliographiques

FREUD Sigmund :
Cinq leçons sur la psychanalyse (1909), Payot, 2001.
Trois essais sur la théorie sexuelle, (1905), Paris, NRF, Gallimard pp. 118 - 119.
« La sexualité dans l'étiologie des névroses », (1905), Résultats, Idées, Problèmes, I, Paris, PUF, 1984 p. 75 et p. 113.
« Pour introduire le narcissisme », (1914), La vie sexuelle, Paris, PUF, 1969.
« L'Homme aux loups », (1918) D'une histoire de névrose infantile, Payot, Petite Bibliothèque Payot, 2010 ou L'Homme aux loups, PUF, Quadrige, 1990.
« Un enfant est battu », (1919), Névrose, psychose et perversion, Paris, PUF, 1973.
Le problème économique du masochisme, (1924), Paris, PUF, 1973.
« Le fétichisme », (1927), La vie sexuelle, Paris, PUF, 1969.
« Le clivage du moi dans le processus de défense », (1938), Résultats, Idées, Problèmes, II, Paris, PUF, 1985.
LACAN Jacques :
Le Séminaire, livre I, séances des 2 et 9 juin 1954, Paris, Seuil.
Le Séminaire, livre II, Paris, Seuil, p. 85, pp. 113 - 114, p. 120, p. 145, p. 251.
Le Séminaire, livre IV, La relation d'objet, 1956-1957, Paris, Seuil, 1994, Chap. 5 et 7 à 10.
Le Séminaire, livre VI, séances de juin 1959, Paris, Seuil.
Le Séminaire, livre X, L'Angoisse, 1962-1963, Paris, Seuil, 2004, p. 53, pp. 191-192.
Le Séminaire, livre XVI, D'un Autre à l'autre, 1968-1969, Paris, Seuil, 2006 p. 21, p. 249, p. 251, p. 260, p. 295, p. 384.
Le Séminaire, livre XXII, RSI.
Le Séminaire, livre XXIII, Le sinthome, Paris, Seuil, 2005.
« D'une question préliminaire à tout traitement de la psychose », Écrits, Paris, Seuil
« Jeunesse de Gide ou la lettre et le désir », Écrits, Paris, Seuil, 1966.
« Kant avec Sade & D'une question préliminaire à tout traitement de la psychose », Écrits, Paris, Seuil.
Je parle aux murs, Paris, Seuil, 2011, pp. 60 à 64, 73 et 105
SOLER Colette :
Cours sur le Symptôme et l'analyste, Collège Clinique de Paris (2004-2005), (en particulier les leçons 7, 8, 9 et 10).
« Perversion généralisée », Que faisons-nous des symptômes ?, RCCCL N°5, Hermann, Paris, 2006.
BOUSSEYROUX Michel :
A-bords de la père-version, Toulouse, PUM, 1990.
Au risque de la topologie et de la poésie, Toulouse, Érès, 2011.
ASKOFARÉ Sidi
« Perversion généralisée », Volume préparatoire aux Journées de Juillet 2006 - Les réalités sexuelles et l'inconscient, IVe rendez-vous de l'IF et de l'EPCL - Paris 1 et 2 Juillet 2006, p. 219.
ANDRÉ Serge
L'imposture perverse, Paris, Seuil, 1993.
DOR Joël
Structure et perversions, Paris, Denoël, 1987.
MELMAN Charles
L'Homme sans gravité. Jouir à tout prix, Paris, Denoël, 2002.
PERRIER François et GRANOFF Wladimir
Le désir et le féminin, Paris, Aubier-Montaigne, 1979

Références bibliographiques du collège

Sigmund FREUD
Trois essais sur la théorie de la sexualité, NRF Gallimard, pp. 118-119.
« Pour introduire le narcissisme » & « Le fétichisme », La vie sexuelle, PUF.
« La sexualité dans l'étiologie des névroses », Résultats, idées, problèmes, tome 1, PUF, pp. 75-113.
« Un enfant est battu », Névrose, psychose et perversion, PUF.
Cinq psychanalyses, PUF.
« Sur la psychogenèse d'un cas d'homosexualité féminine », Névrose, psychose et perversion, PUF.
Inhibition, symptôme et angoisse, PUF.
Jacques LACAN, Le Séminaire
Le Séminaire, livre I, Les écrits techniques de Freud, séances du 2 et 9 juin 1954.
Le Séminaire, livre II, Le moi dans la théorie de Freud et dans la technique psychanalytique, pp. 85, 113-114, 120, 145, 251, Seuil.
Le Séminaire, livre III, Les psychoses.
Le Séminaire, livre IV, La relation d'objet.
Le Séminaire, livre VI, Le désir et son interprétation, séances de juin 1959.
Le Séminaire, livre VII, L'éthique de la psychanalyse.
Le Séminaire, livre X, pp. 53, 191-192, Seuil.
Le Séminaire, livre XI, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse.
Le Séminaire, livre XIV, La logique du fantasme.
Le Séminaire, livre XVI, p. 21, 249, 251, 260, 295, 384, Seuil.
Le Séminaire, livre XX, Encore.
Jacques LACAN, Écrits, Seuil
« Fonction et champ de la parole et du langage », p. 320.
« Variantes de la cure type », p. 343.
« L'instance de la lettre dans l'inconscient », p. 518.
« D'une question préliminaire à tout traitement possible de la psychose », pp. 543-554.
« La direction de la cure », pp. 609, 622.
« Remarque sur le rapport de Daniel Lagache », p. 682.
« Propos directifs pour un congrès sur la sexualité féminine », p. 734.
« Kant avec Sade ».
« Subversion du sujet et dialectique du désir », pp.823-824.
« Du trieb de Freud et du désir du psychanalyste ».
Lacan Jacques, Autres écrits, Seuil
« L'étourdit ».